Luang Namtha et trek 

Petite ville avec une rue principale, des agences d’excursions, des restos et un marché nocturne avec que des bonnes choses à manger et à boire, sans oublier les vendeuses de bracelets en tenues traditionnelles assez insistantes ! 

Nous optons pour une journée trek et une autre kayak dans le Parc National. Les Chinois (encore eux) ont acheté des terres et l’avenir du Parc ne semble pas très bon… 

Notre guide Deng, avec un excellent anglais, nous apprend un tas de choses sur les plantes locales comestibles et medicinales. Nous aurons également un cours de piège à gibiers!

Ici tout bon guide part en rando en tongs ou en bottes en caoutchouc, en jean et avec sa machette. Ils sont donc toujours prêt à couper un bananier pour récupérer une fleur ou un palmier pour la soupe! 

Rien de tel qu’une bonne petite douche dans la rivière après la rando !

Après une bonne nuit de sommeil avec un réveil au chant du coq, départ en Kayak sur le Nam Ha puis le Nam Tha. Nous sommes tous les 2 dans le kayak d’un guide, ce qui évitera de nous retrouver à l’eau dans les rapides ! Ça tombe bien, elle est froide quand même !

Mijoté de fougères sauvages assaisonné avec des feuilles au goût citronné.

Entraînement back flip pour cet hiver… pas tout à fait au point !!

Après ce joli trek, virée en scooter afin de découvrir les alentours de Luang Namtha. Au programme, fin des récoltes dans les rizières et buffles.

Les pays d’Asie du Sud représente la plus grosse production de caoutchouc au monde. Il est fabriqué à partir du latex extrait entre autre des éveas, arbre qui est planté en masse ici. La recolte est similaire au sirop d’érable (il n’y a vraiment que la méthode qui est similaire…). Nous croisons régulièrement des camions chargés de ce latex compacté.  Heureusement pour vous, nous ne pouvons pas partager cette odeur plus que nauséabonde !

La fin du Laos approche, derniers temples, dernière bière Lao.

Puis route vers la Thaïlande en bus. Même après 20 jours passé au Laos, nous n’avons toujours pas compris les horaires de bus et attendons quelques heures, le départ pour rejoindre la frontière. Comme toujours la route est semée de trous, le trajet est quelque peu agité. Comme toujours on monte en dernier et cette fois on a bien failli faire le trajet au milieu de l’allée sur un tabouret en plastique.. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s