Nasca

Marre des bus de nuit basic, nous nous rendrons à Nasca avec la compagnie Cruz del Sur (le top du top). Ici, choix du plateau repas, écran individuel, savon et papier dans les toilettes, hôtesse… On se croirait presque dans les bus en Argentine, mais en mieux ! On est même filmés avant d’entrer dans les bus et les sacs sont fouillés. Ça change de ce que l’on a pu voir ces dernières semaines. Un minimum de confort de temps en temps, ça fait du bien ! On attachera quand même notre nouveau sac acheté sur le marché pour emplacer les 2 volés, à notre pied, mieux vaut être trop prudent !

Pourquoi Nasca ; Max n’a pas mis les fesses dans un petit avion depuis des mois et ça commence très sérieusement à lui manquer. Ici, c’est l’occasion rêvée pour faire de l’avion !

Les lignes de Nasca

Situées dans le desert à 530m d’altitude, voilà bien longtemps qu’on n’était pas descendu si bas. Des formes d’animaux, géométriques et des lignes « dessinées » sur le sol, ont été mise à jour et étudiées par l’allemande Maria Reyche dans les années 1940. Elle consacra plus de 40 ans de sa vie à décrypter, nettoyer et protéger ces formes, datant de la civilisation Nasca, une culture pré-Inca.

Actuellement encore, ce ne sont que des hypothèses les concernant. Certains prétendent qu’il s’agit d’un calendrier astronomique avec les lignes en direction des étoiles ou d’une représentation du ciel. D’autres qu’il s’agit d’un site rituel d’offrandes faites aux dieux ou encore un lien avec la direction de l’eau, pour l’irrigation des culture, dans un des endroits les plus aride du monde.

Ses formes ont été realisées en dégageant des cailloux d’oxyde de fer de couleur rouge et en laissant apparaitre le sol gypseux de couleur gris.

Il y a également des formes qui se chevauchent et donc de périodes différentes.

Le temps désertique à permis de les conserver à travers le temps. Certaines datent de plus de 2000 ans.

Depuis le ciel, il est difficile pour notre oeil de distinguer les formes tellement il y a des choses sur le sol. Nous nous attendions à des choses immenses et profondes, mais vu du ciel tout paraît petit. Nous avons même eu très peur au début du vol, en imaginant ne rien voir pendant les 38 min de vol… Mais non, au final nous aurons tout bien vu ! Ouf !

A votre tour de faire jouer votre immagination et votre zoom !

Le perroquet
Le colibri
La baleine
De bas en haut : le lézard coupé en 2 par la route, l’arbre et la main.

14 puits en forme de spirale.

Direction ensuite le mirador métallique pour nous rendre compte réellement de la dimension de certaines formes. Ici les mains à 9 doigts et l’arbre. La profondeur est de quelques centimètres.

Les 2 mains à 9 doigts.
L’arbre

Nous profiterons également de notre passage ici pour visiter le musée Maria Reyche et participer à une soirée explication grâce à une vidéo interactive et observation des étoiles ! Une première pour nous, c’était passionnant. En rentrant, on va essayer de s’y intéresser un peu plus !

Comme la ville n’était pas très engageante, nous décidons d’enchaîner une 2eme nuit dans le bus. Après avoir mangé poulet, frites, salade (C’est le seul resto ouvert qu’on ai trouvé et qui ne soit pas touristique), on a assisté à un concert d’une chorale avec danse folklorique.

Départ du bus à 23h30, le trajet est passé comme une lettre à la poste, tellement qu’on était fatigué !

Arrivée à Lima à 6h, pour attendre le bus suivant pour Huaraz à 9h30. Nous avons fait le choix de ne pas faire de halte à Lima et de prendre notre temps à Huaraz pour la rando !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s