Popayan – Volcan Puracé

À la sortie de la frontière, un minibus nous dépose au terminal. Pas le temps d’acheter un casse croute, le bus part. Le départ était prévu à 14h, il est 14h40… Officiellement 8h de trajet nous attendent, mais ça c’était sans compter la panne… Au final nous arrivons à minuit 20. Nous réveillons le patron de l’hôtel, qui nous attendait pour le lendemain…, puis au lit !

Popayan

Popayan est une ville toute blanche ! L’endroit est calme et agréable. On s’y sent vraiment bien !

Les thermes

Notre forme générale n’étant pas encore au top, nous optons pour l’activité thermes ! Après avoir patienté plus d’une heure au terminal, le minibus part enfin… Une fois à Coconuco, on saute du bus et Elo se rend compte qu’elle n’a plus son porte feuille. Et ce n’est pas comme si on venait de retirer de l’argent (1er incident de porte feuille en 5 mois ce n’est pas si mal connaissant la tête en l’air…). On acoste 2 jeunes en mobylette, qui semble être « mototaxi », en leur demandant de suivre le bus. Ni une, ni deux, on saute sur la brèle et nous voilà parti à la poursuite du bus. Après quelques kilomètres, le bus est stationné sur le bas côté, et par chance, le porte monnaie est sur le siège ! Nous pouvons donc nous occuper de nos thermes à présent. Les jeunes nous disent que ceux où nous voulons aller sont fermés, mais qu’il y a en a d’autres… Et c’est reparti derrière notre chauffeur ! Après avoir englouti une truite et bu une limonade, nous nous retrouvons au milieu des locaux et d’une eau trouble souffrée à soit disant 50°C.

Volcan Puracé

Réveil assez difficile à 4h… Tout le monde nous avait dit d’arriver au terminal à 4h30 pour un départ à 5h. Après un petit déjeuner au terminal, on saute dans le bus et comme on aurait pu s’en douter, il part avec 10 minutes de retard…

Le bus nous dépose au bord d’un chemin en terre à côté d’une maison. Nous sommes 5, deux frères français, une indienne qui parle toutes les langues et nous. Après avoir attendu notre guide (un guide est obligatoire depuis peu pour l’ascension) et payé l’entrée, nous voilà parti pour 4h30 de montée à travers le Paramo. Il s’agit de cette végétation d’altitude, sans arbres, avec des grosses touffes d’herbes, magnifique.

Le guide est en botte et il nous faudra peu de temps pour nous rendre compte qu’il avait bien raison ! Le chemin est boueux et nos baskets ne résisteront pas longtemps…

Le vent souffle fort, il est difficile de respirer. Puis nous apercevons le cratère au loin.

La végétation se fait maintenant de moins en moins présente jusqu’à disparaître complètement. Encore 1km pour atteindre le sommet et il nous faut lutter contre ce vent qui ne semble pas vouloir se calmer.

Le Puracé est le volcan le plus actif du pays avec une dernière éruption il y a 40 ans. Une fois au sommet le balet des nuages nous laissent la chance d’apercevoir le fond du cratère. Et à notre grande déception, pas une bulle, pas une fumerolle… On s’attendait à une activité intense au sommet… Pour nous consoler, il y a une petite sortie de gaz souffré sur le flanc du cratère. Mais bon au final c’est tout de même très impressionnant d’être là !

Le vent nous oblige à rebrousser chemin rapidement. La descente semblera très longue, il faut faire attention à ne pas remettre les pieds dans la boue, maintenant que les chaussures sont à peu près sèches et nous arrivons en bas bien fatigués. Puis c’est dans la benne aménagée d’une pick up que nous rentrerons à Popayan.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s